Merci

Publié le par Mariposa

Un petit mot de cinq lettres. Qui peut sembler parfois un pas grand-chose face à ce que l'on a reçu. Et c'est ce petit mot que je voulais vous adresser à vous tous qui m'avez laissez un commentaire sur mon post abordant la maladie de ma grand-mère. Tous vos messages m'ont énormément touché. Merci.
Merci d'avoir partagé une part de vos souvenirs, même douloureux difficiles. Merci de votre soutien. Sentir que d'autres sont passés/passent par là, connaissent les mêmes doutes, souffrances et peurs face à cette maladie, eh bien, on se sent moins seuls.

Ce soir, j'avais envie de vous faire partager une petite anectode à propos de ma grand-mère. Pour chasser au loin cette image d'une femme qui s'efface peu à peu. Et faire revivre celle d'une femme qui ose, qui fonce.
C'est un souvenir d'une après-midi à la foire. Je devais avoir douze ans. Comme vous pouvez vous en douter mes grands-parents ne faisaient aucune attraction avec moi. J'avais ma préférée, le poulpe, qui l'est toujours d'ailleurs et que même seule j'a-do-rais. Mais cette année-là, j'ai eu envie d'essayer cette espèce de roue qui au départ tourne à l'horizontale pour terminer à la verticale. Seulment pas toute seule. Un peu par crainte et aussi parce que ce genre d'attractions ne se fait pas seul. Mais il était hors de question pour mes grands-parents de m'accompagner. Et alors, ma grand-mère a abordé deux jeunes filles, qui dans mes souvenirs devaient être un peu plus âgée, et qui étaient sur le point d'essayer cette attraction. Elle leur a demandé si je pouvais me joindre à elles et elles ont répondu oui. Et j'ai donc fait cette attraction avec elles deux, un peu gênée quand même du bagou de ma grand-mère. Un joli souvenir, aujourd'hui...


Et je terminerai cet article par une petite pensée pour Ingrid et sa famille. Parce que s'il est difficile de voir sa grand-mère atteinte de cette maladie, c'est encore plus difficile quand ce sont nos parents... Courage ma belle

Publié dans Météo mariposienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
~
<br /> <br /> <br /> je viens déjà te souhaiter un joyeux noel et un bon réveillon<br /> <br /> MERCI a toi et hasta pronto feliz navidad y pasalo en grande<br /> besos<br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> que pases una buena Nochebuena y feliz navidad<br /> <br /> besos<br /> <br /> <br />
L
<br /> Merci à toi d'avoir partagé avec nous ;)<br /> <br /> Merry X-Mas !<br /> <br /> Jane<br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> De rien et merci à vous tous pour vos commentaires :)<br /> <br /> Un joyeux noël à toi aussi<br /> <br /> <br />
N
<br /> voilà demoiselle papillon qui est mieux, ces souvenirs là resteront gravés a jamais dans ton coeur<br /> passe de douces fetes en leur compagnie, ris avec eux, deguste chaque instant, ils t'aideront a poursuivre ta route, ton chemin<br /> gros bisous<br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> merci<br /> je te souhaite de passer de douces fêtes entourée de ceux que tu aimes<br /> bises<br /> <br /> <br />
I
<br /> Ce n'était pas ton intention mais voilà, tu me fais pleurer...<br /> <br /> En lisant tes remerciements, je me voyais déjà te répondre qu'un blog n'est pas fait uniquement pour parler des jolies choses de la vie. Et j'ai vite compris que parler de mon père, ça faisait<br /> énormément de bien. Ce n'est pas rechercher de la pitié ou s'apitoyer sur son sort mais parfois, rien de mieux que d'évacuer ce que l'on ressent, même avec des mots sur un écran. Et surtout, même<br /> si c'est virtuel, recevoir des commentaires de réconfort, de soutien, de partage de personnes que l'on ne connait pas dans la vraie vie, c'est peu mais ça apporte déjà beaucoup. D'autant plus que<br /> ma famille n'est pas fichue de faire le 1/100ème d'un commentaire.<br /> <br /> Le plus dur est de ne pas laisser la maladie prendre le dessus sur les souvenirs, comme celui que tu viens de nous raconter...<br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> <br /> Même si on le répète à l'envie sur le blog des autres, que les articles tristes font partie de la vie, c'est toujours plus difficile de passer le cap d'en écrire un sur son blog à soi. De même<br /> avec les commentaires...alors qu'il nous semble normal de laisser un commentaire de soutien sur un article qui nous touche, on est étonné et touché d'en recevoir à notre tour.<br /> <br /> Bien souvent, tes articles me touchent, mais une certaine pudeur me retient, une timidité aussi d'écrire des mots qui paraissent parfois banal face à la douleur. C'est pourquoi j'ai voulu te<br /> laisser une petite pensée sur cet article...<br /> <br /> Merci à toi<br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> ce sont de jolis souvenirs, que j'aimerais avoir aussi... mais je n'ai pas connu mes grands-parents à part mon grand-père paternel qui était en maison de repos...<br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> C'est vrai que je me rends compte maintenant de la chance d'avoir profiter de mes grands-parents comme ça...<br /> <br /> <br />